Sélectionner une page

Montre – ROMAIN JEROME Moon Dust Invader

CHF5,800.00

Mouvement : Automatique
Diamètre du boîtier : 40 mm
Matériau du boîtier : Acier inoxydable
Matériau cristallin : Saphir
Marqueurs de cadran : Indices
Type de couronne : vissée
Résistant à l’eau : 30M
Matériel du bracelet : Tissu
Bracelet/bande : Original
Réserve de marche : 42 heures

Description

NUMERO 0159 / 1969

S’arrachant à la pesanteur des traditions pour imaginer d’autres façons de penser les légendes, la Moon Invader se veut un concentré de nouvelles idées, flottant dans un espace tridimensionnel de vision esthétique, de pari technologique et d’avancée mythologique. Un nouveau boîtier techniquement complexe pour cadrer la légende des nouvelles lunes affiche une rondeur plus anglée, un carré très galbé de 46 mm mêlé d’acier et de pièces détachées en provenance d’Apollo 11. Chaque montre est ainsi « imprégnée » du souvenir de l’aventure lunaire. Les rotules fonctionnelles aux quatre «coins» de la quadrature du cercle imposé par le boîtier  sont taillées comme les pieds tout-terrain du LEM, très sophistiquées dans leur construction et montées sur des axes ancrés dans le boîtier, supportant les barrettes du bracelet en caoutchouc. Elles permettent à la montre de s’adapter à toutes les tailles de poignet.
Tout en conservant le X symbolique devenu traditionnel sur les cadrans RJ, les Moon Invader Heavy Metal, en versions automatique et chronographe,  s’offrent un «maillage» directement inspiré par la résille métallique qui enveloppait les roues des véhicules lunaires. Sur le cadran travaillé en plusieurs niveaux, cette grille crée donc une trame très technique qui n’avait encore jamais été utilisée dans l’univers des montres. Promesse de la plaque en argent spécial Moon SilverRJ apposée sur le fond stellaire de la montre,  la Lune se porte à fleur de peau grâce à un alliage d’argent à très faible taux d’oxydation dans lequel des roches lunaires ont été fusionnées. Cette plaque gravée reproduit la surface lunaire, dont les grains minéraux interagissent ainsi, à une échelle inframoléculaire, avec le porteur de la montre. Les nervures du fond de ce boîtier et la trame grenée évoquent les futures superstructures des stations de colonisation lunaires. Ces nervures se prolongent sur le bracelet en caoutchouc.